© 2023 by Skyline

Lors du mariage

Le Gâvre et sa forêt : une longue histoire

La forêt actuelle est une petite partie de l'immense forêt naturelle qui recouvrait autrefois l'essentiel de la Bretagne intérieure.

La découverte de haches de pierre et de bronze montre que ce territoire était occupé dès l'époque néolihique (- 5500 à - 2200 avant J.C.), l'alignement du Pilier, exceptionnel par sa longueur, en est une illustration.

L'époque Celtique a ensuite vu l'exploitation du minerai de fer grâce à la présence d'eau et de bois en quantité suffisante pour alimenter les bas fourneaux. Des lieux-dits tels que "Les Ferrières" en témoignent.

Le nom "Gâvre" pourrait être d'origine Celtique et proviendrait alors de "gavr" qui signifie la chèvre ou le chevreuil.

A l'époque gallo-romaine, Blain est un carrefour très important de communication et la voie vers Condate (Rennes) traverse Le Gâvre. Des vestiges de thermes ont été découverts au Sud de la forêt.

La chapelle de La Magdeleine rappelle qu'au XIIème siècle les moines de l'abbaye de Blanche-Couronne (sur La Chapelle-Launay) sont venus défricher le secteur des Chételons pour y accueillir une communauté de lépreux.

Au XIIIème siècle, la forêt étant une propriété des ducs de Bretagne, c'est Pierre 1er dit "Mauclerc" qui décide de construire un château. Il s'y installe, à proximité des habitants, et leur accorde des avantages en matière de droits d'utilisation de la forêt et de suppressions de taxes : c'est la naissance de la "Ville Franche" du Gâvre.

L'alignement mégalithique du pilier : le témoin d'une très ancienne occupation de la forêt par les hommes...

Une maquette du château du Gâvre, aujourd'hui disparu, est exposée dans la salle 6 du Musée Benoist.

Lors du mariage d'Anne de Bretagne avec Charles VIII en 1491, la forêt est rattachée au domaine Royal, puis après la révolution française et jusqu'à ce jour, au domaine de l'Etat : c'est une forêt "domaniale"

D'autres évènements historiques ont marqué l'Histoire du Gâvre : la destruction du premier château par le puissant Olivier de Clisson, seigneur de Blain, jaloux de n'avoir pu bénéficier de ce trophée lors de la guerre de succession de Bretagne; la reconstruction d'un deuxième édifice aujourd'hui disparu; le séjour de groupes royalistes qui ont trouvé refuge en forêt pendant la révolution (cf la croix du chêne de la messe)

Enfin lors de la première guerre mondiale, des camps de prisonniers allemeands y ont été installés. Et pendant la guerre 39-45, des munitions y ont été stockées, d'abord par les troupes britanniques en 1940, puis par les troupes allemandes, pendant l'occupation.

La Maison de Marie Benoist

Située à l'extrémité Nord de la grande rue du Gâvre, la "Maison Benoist" est un bâtiment qui date du XVIIème siècle. Les murs sont en moellons de granit et l'un des angles est orné d'une Tourelle.

L'héritière de la famille Benoist, Marie, décédée en 1985, a légué cette maison à la commune du Gâvre, sous condition que le bâtiment abrite un musée, et soit dédié à des activités culturelles. Une association s'est créée, avec des bénévoles du Gâvre et de la région, et porte désormais le nom de "Musée Benoist-Maison de la forêt" (MBMF)